La géologie Donnerysienne.        


Ce chapître du site Theudericus a pour objet la géologie Donnerysienne, et en particulier celle de la partie sud de cette commune qui comprend le lieu-dit Les Grands Billons.

La première partie de cet exposé traitera des fondamentaux de la géologie du village de Donnery, basés sur la géologie de l'Orlanais et du Bassin Parisien.

La seconde partie, sera basée sur des recherches et des observations pétrographiques réalisées sur le terrain.

Introduction :

Le village de Donnery, situé à une vingtaine de kilomètres à l'Est de la ville d'Orléans, est localisé à la limite entre le Val d'Orléans et la Forêt d'Orléans.

Village de l'Orléanais, Donnery appartient donc géologiquement au Bassin Parisien. Le Bassin Parisien, qui se présente sous la forme d'une vaste cuvette d'une surface de cent dix mille kilomètres.carré, est un empilement de couches de terrains sédimentaires d'âge très différent.

Ces sédiments d'origine marine ont commencé à se déposer sur le socle Hercynien, qui constitue le soubassement du Bassin Parisien, dès le début de l'ère Mésozoïque (Ere primaire) ( - 245 Ma (Ma = Millions d'années)) jusqu’à la fin de l'ère Cénozoïque (Ere tertiaire) ( -1.8 Ma). Ces couches sédimentaires se sont déposées lors des transgressions et des régressions des mers et océans qui existaient sur ce territoire à ces époques reculées.

Carte Géologique du Bassin Parisien.

Carte Géologique du Bassin Parisien.



L'ère Paléozoïque (- 541 Ma à - 252 Ma) :

Pendant l'ère Paléozoïque (anciennement appelée "Ere Primaire"), se constitue du Carbonifère au Permien, vers 360 millions d'années, le Massif Hercynien.

Ce gigantesque massif rocheux, qui couvre une large partie de l'Europe Occidentale, est constitué de roches éruptives et métamorphiques. A partir de la fin du Permien, ce massif s’érode progressivement créant, entre autre entité géologique, le Bassin Parisiens. Ses vestiges accidentés encore présents sont, en France, les massifs anciens : Massif armoricain, massif central et le massif des Ardennes.

Le Bassin Parisien, proprement dit, repose sur ce socle cristallin originel d’âge hercynien.

Les deux prochaines ères géologiques (Mésosoïque et Cénozoïque) par le flux et le reflux des mers, sur ce socle primitif, induisant des dépots d'alluvions marins seront le théatrre de la formation sédimentaire superficielle du Bassin Parisien

Le Massif Hercynien.

Le Massif Hercynien.



L'ère Mésozoïque (- 252 Ma à - 65 Ma) :

Géologiquement parlant, l'ére Mésozoïque (anciennement appelée "Ere Secondaire") va être le théatre de l'effondrement partiel du socle Hercynien, grace auquel, les mers et océans vont envahier ces gigantesques dépressions géographiques.
br> Cet envahissement des eaux va être rythmé par des transgressions et des régressions marines sur les plaines et plateaux Hercyniens du futur Bassin Parisien, c'est-à-dire des extensions et des contractions de l'espace maritine sur les continents.

Ces allers et retours de l'océan sur la terre ferme vont être d'amplitude variable et venir successivement de l’Est, puis du Sud-Est, et enfin puis du domaine boréal et de l’Atlantique. D'importantes couches de sédiments détritiques et marins se déposent au cours de ces millions d’années dans les mers, les lagunes et dans les lacs lorsque que la mer se retire.

Au début du Jurassique (- 200 Ma à - 135 Ma), une forte transgression marine recouvre une fois de plus le Bassin parisien, et dépose des calcaires et des marnes. Pendant la période du Crétacé (- 135 Ma à - 65 Ma), une autre transgression marine recouvre le Bassin Parisien et dépose cette fois d’épaisses couches de craie (Tuffeau, Craie Turonienne, Craie Sénonienne), de trois cents à sept cents mètres d'épaisseur.

Les calcaires sont des roches sédimentaires, composées majoritairement de carbonate de calcium (CaCO3) mais aussi de carbonate de magnésium (MgCO3).

Les calcaites se constituent par accumulation, principalement au fond des mers, mais aussi en milieu lacustre, à partir des coquillages et squelettes des micro-algues et animaux marins.

Les calcaires selon leur composition et leur aspact sont catégoriés en marnes, craies, tuffeau,calcites..etc. Composés d'au moins 70 % de calcite, les calcaires peuvent contenit d'autres éléments tels de la silice, de l'argile....

En général blanc, les calcaires existent aussi dans des teintes de jaune, gris, brun ou même noir.

Les marnes sont également des roches sédimentaires, mélange de calcite (CaCO3) et d'argile . Selon le rapport calcaire/argile les termes de "calcaire argileux" ou de "argile calcaire" sont eployés.

Les alternances des couches marne-calcaire, très fréquentes dans les séries sédimentaires, portent le nom de formation marno-calcaire.

L'ère Cénozoïque (- 65 Ma à - 2 Ma) :

Nous rappellerons, tout d'abord au Lecteur quelques repères chronologiques et géologiques de l'ére Cénozoïque qui concerne les suites de l'exposé ci-dessous :

Epoques et Etages de l'Ere Cénozoïque.

Epoques et Etages de l'Ere Cénozoïque.

Au Cénozoïque, le Bassin Parisien subit à nouveau de nombreuses incursions marines séparées par des périodes d'émersion. A partir du Lutétien (- 45 Ma), de nombreuses couches de sédiments, de nature très différentes vont se déposer : Calcaires Lutéciens (-41 Ma) , Calcaires de Brie, Gypses (-40 Ma) , Marnes Ludiennes (-37 Ma), Sables de Fontainebleau (-30 Ma), Calcaires Aquitanien de Beauce (-20 Ma), Calcaires Burdigalien du Val d'Orléans (-18 Ma)

Sur ces couches "oiginelles", les rivières descendant du Massif Central en cours d'érosion, chargés d’apports détritiques, viendront déposer les sables et les argiles de l'Orléanais et de Sologne, qui intéressent notre article.

Carte Géologique de la Région Centre - Val de Loire.

Carte Géologique de la Région Centre - Val de Loire.


Carte Géologique de la Région Centre - Val de Loire en coupe.

Carte Géologique de la Région Centre - Val de Loire en coupe.


Sur la carte géologique ci-dessus, nous constatons que la géologie de Donnery est principalement constituée de calcaires, sables et argiles Burdigaliens. Le Burdigalien (20,4 à 16,0 Ma) eest une période géologique du Miocène. Son nom provient de Burdigala, le nom antique de Bordeaux.

Calcaire Burdigalien (1)

Calcaire Burdigalien (1).


Calcaire Burdigalien (2)

Calcaire Burdigalien (2).


Le Miocène couvre une période de -23,5 Ma à -5,3 Ma. Cette période dans sa partie primaire (ou inférieure) se subdivise, elle-même, de la manière suivante :

Miocène Inférieur (23,0 à 16,0 Ma)

Le réseau Karstique de l'Orléanais.

Le réseau Karstique de l'Orléanais.

Les calcaires Burdigaliens originels, se sont progressivement décomposés en "argiles à silex", qui ont été recouverts d'une pellicule de sables et d'argiles apportée du Massif Central sous formes de coulées boueuse plus ou moins liquides.

Cette pellicule, formée essentiellement d'une arène sablonneuse, plus ou moins graveleuse ou caillouteuse, alternant avec des couches d'argiles, peut mesurer jusqu'à plusieur dizianes de mètre d'épaisseur.

Sables argilleux (Donnery).

Sables argilleux (Donnery).



Au sein de cette couche de décomposition des calcaires et d'alluvions, de nombreux silex sont présents sous forme de gisements ou de cailloux plus ou moins isolés.

Ces silex,de différentes formes et couleurs (jaunes, marrons, rouges...), représentent un bel échantillon du monde du Silex.

Silex présents dans les Sables argilleux (Donnery).

Silex présents dans les Sables argilleux (Donnery).



Gisement de Silex dans les Sables argilleux (Donnery).

Gisement de Silex dans les Sables argilleux (Donnery).



Le silex est une roche sédimentaire siliceuse très dure formée par précipitation chimique et constituée de calcédoine presque pure et d'impuretés (oxydes) déterminant les couleurs variées que peuvent prendre les Silex.

Le silex forme des accidents siliceux dans la craie, ou dans le calcaire, et certains sols argileux sous forme de nodules. Ces noduless se forment primitivement à partir d'eau saturée en silice. Cette solution siliceuse saturée précipite sur le sol des mers et des océans, et se cristallise en nodules de Silex.

Le phénomène de formation d'un nodule de silex est stoppé, quand l'apport en silice dissoute dans l'eau est empéchée par les dépôts de calcaire qui "asphyxient" le nodule. Fréquemment, les concrétions de silex sont enveloppés d'une gangue plus ou moins épaisse nommée "cortex", et composée d'impuretés. Ces impuretés, dépôts organiques, dépôts végétaux, sont repoussées vers l'extérieur lors de la croissance du silex et forment une croûte présentant une couleur et d'un poli plus atténué que le coeur du nodule.

Nodule de Silex avec son cortex blanchâtre.

Nodule de Silex avec son cortex blanchâtre.


Ces silex,de différentes formes et couleurs (jaunes, marrons, rouges...), représentent un bel échantillon du monde du Silex.

Echantillon de Silex Donnerysiens.

Echantillon de Silex Donnerysiens.


L'ère (ou période) Quaternaire (- 2 Ma à nos jours) :

Au dessus de ces Calcaires Burdigaliens, des couches d'"argiles à silex" et de la pellicule de "sables argileux", se trouve une épaisse couche de terre arable et de terres humifères (résultat de la décomposition des matières organiques d'origine végétale). liée à la présence des forêts de feuillus et gatines centenaires qui couvrent cette région.

Cette couche fertile d'humus peut, en certains endroits, atteindre une épaisseur de plusieurs dizaine de centimètres.

Quelques sites intéresant notre étude. :















Retour à la page principale.