Les Dragons d'Occident.        



Les Dragons : Mythe ou Réalité ?

Ce chapitre du site Theudericus est consacré aux Dragons d'Occident. Les Dragons Asiatiques, Africains et Océaniens ne seront pas considérés (dans un premier temps) par ce document.

Voir également le chapître corollaire du Site Theudericus : Les saints Sauroctones de l'Orléanais.

Pendant de nombreux sièles, les Dragons et autres sauriens mosntrueux ont été considérés comme des animaux fantastiques mais réels pour les érudits de ces temps anciens.

Ces Dragons ont été décrits dans le nombreux ouvrages religieux et scientifiques. ceux-ci feraient partie des Lacertiliens ou Sauriens, sous-odre des Reptiles.

Le mot Dragon, vient du Latin "Draco, provenant lui-même du Grec "Drakeîn" signifiant ""voir clair"". Ce terme désignait les serpents et les Dragons. Comme nous l'avons mentionné au début de cet article, Le dragon est décrit comme un reptile de taille extaordinaire, bipède et ailé, possédant une queue serpentiforme. Celui-ci habite généralement sans des marais et est décrit comme an Grèce Antique, comme protecteur de trésorset en Europe Médièvale, comme ravisseur de vierges et de princesses.

L'Archange saint Michel combattant le Dragon de l'Apocalypse.

L'Archange saint Michel combattant le Dragon de l'Apocalypse.



L'Antiquité :

Les Dragons sont présents dans toute les mythologies Occidentales, et ce bien avant le Christianisme. Il suffit de rappeler qu'Héraclés a combattu l'Hydre de Lerne et le Dragon Ladon qui gardait le Jardin des Hespérides, qu'Apollon a vaincu Python à Delphes, que Persée a défait le Dragon qui gardait Andromède. Le héros Cadmos a triomphé d'un Dragon, avant de fonder la ville de Thèbes et Belléphoron, chevauchant Pégase a combattu Chimère.

Ches les Celtes, Le Roi Arthur, et les chevaliers Yvain et Tristan ont également triomphé des monstrueux Dragons, tandis que ches les Scandinaves Thor était le protectur des hommes face aux Dragons et aux Géants, sans oublier chez les Germains, Siegfried qui terrassa le Dragon Fafner.

Dragon tuant les Compagnons de Cadmos.

Dragon tuant les Compagnons de Cadmos.





Une des premières représentations de ces animaux fabuleux est celle de la fameuse porte d'Ishtar de Babylone. Cette porte est une des huit portes monumentales de la cité de Babylone, construite en -580 (Empire néo-babylonien) sous le règne du roi Nabuchodonosor II.

Ce monstre possède un corps écailleux prolongé d'un long coup et d'une tête de serpent. Cette tête serpentiforme présente une langue bifide, ainsi qu'une (ou deux) cornes recourbées. La queue est elle-même un serpent. Les pattes antérieures sont celles d'un lion, tandis que les membres postérieures sont pourvue de serres d'aigle. A noter que ce dragon, contrairement aux dragons Européens, est un saurien quadrupède, et non bipède, mais aussi aptère.

Le Dragon de la Porte d'Ishtar à Babylone.

Le Dragon de la Porte d'Ishtar à Babylone.


Ce dragon était appelé "Mušhuššu". Son nom viendrait du Sumérien, est signifierait "Dragon Rouge" (ou "Dragon Furieux"). Ce dragon personnifie, en fait, plusieurs divinités. A l'origine, il était le symbole du dieu Ninazu qui était vénéré à Eshnunna, puis adoré à Tishpak, et qui devint le dieu principal d'Eshunna au début du IIe millénaire av. J.-C..

Après la prise de ce royaume par Babylone, Le dragon-serpent "Mušhuššu" devint l'attibut du dieu Babylonien Marduk, alors dieu tutélaire de Babylone qui deviendra ensuite la principale divinité de la Mésopotamie.

La relation entre la Mésopotamie et le Monde Juif se fit esstiellement par l'Exode à Babylone et le Retour vers la terre Promise. Aussi n'est il pas étonnant de retouver dans la Bible, des être aquatiques monstrueux tels le Léviathan (Livre de Job (3:8 et 40:25 et 41:1)., et le Béhemoth (Livre de Job (40:15-24)). Pour plus de détail voir le chapître Theudericus sur les serpents de Mer..

Dans le Monde Chrétien, le Dragon est bien présent et est même une des figures principale du Livre de l'Apocalypse. Voci un extrait de ce Livre de la Bible (Chapitre 12 ; v 1-17 Chapitre 13 v1) qui décrit ce Dragon :

Un autre signe parut encore dans le ciel; et voici, c'était un grand dragon rouge, ayant sept têtes et dix cornes, et sur ses têtes sept diadèmes. Sa queue entraînait le tiers des étoiles du ciel, et les jetait sur la terre. Le dragon se tint devant la femme qui allait enfanter, afin de dévorer son enfant, lorsqu'elle aurait enfanté. (......)

Et il y eut guerre dans le ciel. Michel et ses anges combattirent contre le dragon. Et le dragon et ses anges combattirent, mais ils ne furent pas les plus forts, et leur place ne fut plus trouvée dans le ciel. Et il fut précipité, le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit toute la terre, il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui. (........)

Malheur à la terre et à la mer! car le diable est descendu vers vous, animé d'une grande colère, sachant qu'il a peu de temps. Quand le dragon vit qu'il avait été précipité sur la terre, il poursuivit la femme qui avait enfanté l'enfant mâle. Et les deux ailes du grand aigle furent données à la femme, afin qu'elle s'envolât au désert, vers son lieu, où elle est nourrie un temps, des temps, et la moitié d'un temps, loin de la face du serpent.

Et, de sa bouche, le serpent lança de l'eau comme un fleuve derrière la femme, afin de l'entraîner par le fleuve. Et la terre secourut la femme, et la terre ouvrit sa bouche et engloutit le fleuve que le dragon avait lancé de sa bouche. Et le dragon fut irrité contre la femme, et il s'en alla faire la guerre au reste de sa postérité, à ceux qui gardent les commandements de Dieu et qui ont le témoignage de Jésus. Et il se tint sur le sable de la mer.


Apocalypse : Le Dragon transmet le Pouvoir à la Bête.
Apocalypse : Le Dragon transmet le Pouvoir à la Bête.


Le Dragon Rouge dont la queue balaie le tiers des étoiles du ciel, correspond à la constellation du Scorpion avec son étoire rouge principale : Antarès, tandis que la Sainte Vierge Marie est représentée dans le Zodiaque par la Constellation de la vierge.



Le Moyen-Age Occidental :

Dans l'iconographie médiévale, le Dragon est très présent dans les descriptions animalières. Nous devrions plutôt préciser les Dragons, car plusieurs espèces différentes de Dragons sont décrites et représentées, telles le "Drago Alatus Apex", le "Draco Bipes Apteros" ou bien le "Draco Aethiopicus".

Pour la Chrétienté, le Dragon c'est tout d'abord le Dragon de l'Apocalypse, mais aussi celui du Jardin placé en Eden. En fait, la représentation physique du Dragon correspond aux textes Bibliques qui relatent la présence de ces monstrueux sauriens : Le Dragon du Jardin d'Eden, celui de l'Apocalypse, mais aussi le Léviathan du livre de Job furent des archétypes de la monstrueuse gente Saurienne.

Livre de Job : Le Léviathan.
Livre de Job : Le Léviathan.




Le Dragon c'est le Serpent du Paradis terrestre d'avant la faute Originelle. Celui-ci pritivement (ce qui sera un des attributs majeurs du Dragon) est pourvue d'une paire d'ailes. Après la Faute, Dieu lui retirera ses ailes et supprimera ses deux pattes pour en faire un véritable Serpent. : Puisque tu as fait cela, tu seras maudit entre tous les animaux et les bêtes des champs. Sur ton ventre tu ramperas, et la poussière mangeras tous les jours de ta vie.

Une autre caractéristique du Dragon est sa capacité à cracher du feu. Cette particularité se comprend suite à la lecture du Livre de Job XLI 11-13 décrivant ainsi le Léviathan : "Des flammes jaillissent de sa gueule, il s'en échappe des étincelles de feu. Une fumée sort de ses narines, comme d'une chaudière ardente et bouillante. Son souffle allume les charbons, de sa bouche s'élance la flamme."

Dessins de Dragons             Dessins de Dragons


Dans l'iconographie médiévale, le Dragon est également fréquemment mentionné et décrit dans les ouvrages Alchimiques. Celui-ci est la desciption allégorique de la matière originelle du Grand Oeuvre Alchimique à savoir la "Prima Materia", décrite comme une matière chtonienne, commune, vile et puante. Ce tout premier état de la Pierr Philosophale représenté par un Dragon, se transformera plus tard en un autre animal fantastique : Le Griffon symbole de la fusion de la part fixe et volatile du composant Alchimique.

Hic est Draco caudam suam devorans (Atalanta Fugiens)
Hic est Draco caudam suam devorans (Atalanta Fugiens)


Le Dragon à l'image du Griffon ou de la Chimère a été un sujet de prédilection pour les sculpteurs du Moyen-Age. Ceux-ci sont très souvent représentés sur les tympans et les chapiteaux de nombreuse Eglises Romanes.

Deux Dragons affrontés (Sculpture Romane).
Deux Dragons affrontés (Sculpture Romane).


Le Dragon n'est pas l'apanage du Christianisme Moyen-Ageux, d'autres civilisations Occidentales considéraient ces monstres commes des animaux réels. Ainsi, le peuples Scandinaves ornaient la proue de leur navires, les Drakkars avec des têtes de Dragons, pour pouvoir éloigner ces créatures de leurs embarcations. Les Vikings, grands navigateurs sur l'Océan, ne pouvaient confondre ces créatues avec des cétacés, tels baleines et cachalots, voire avec les Krakens ou Calmars Géants.

Figure de proue de Drakkar.
Figure de proue de Drakkar..


Il est cependant difficile de déterminer si ces figures de proue avaient pour but de conjurer l'apparition de Dragons ou bien celle d'autres créature marines, tels les Serpents de Mer.

Dans l'iconographie Chétienne, le Dragon est aussi représenté dans le calice de Saint-Jean-L'Evangeliste. Daprès la Légende Dorée" de Jacque de Voragine (1228-1298), Saint Jean aurait été contraint de boire une coupe emplie de venin, condamné par le grand prêtre du temple d’Artémis à Éphèse. Après avoir, béni cette coupe, saint Jean voit le venin sortir de la coupe sous sous la forme d’un dragon noir. Le breuvage, devenu inoffensif est bu par le Saint, qui est dès lors vénéré par les adorateurs d'Artémis.

Le Dragon de Saint Jean L'Evangeliste.
Le Dragon de Saint Jean L'Evangeliste.




Mythe ou Réalité ?

L'explication la plus rationnelle, et donc, la plus partagée par les historiens est que les Dragons sont des créatures mythiques, et donc que les exploits de ces héros païenss et de ces Saints sauroctones symbolisent la victoire de la Civlisation sur les menaces naturelles (inondations, épidémies ...) ou le triomphe du Christianisme, sur les anciennes croyances païennes.

Cependant des explications plus naturalistes doivent être également étudiées.....

Se pourrait-il que nous puissions rapprocher les Dragons, des autres créatures lacustres, tel que le Monstre du Loch Ness, la créature du Lac Champlain dans le Vermont, le Ogopogo qui vivrait ou aurait vécu dans le lac Okanagan en Colombie Britannique (Canada) ou le Memphré qui vivrait dans les eaux troubles du lac Memphrémagog, au Québec.

Ces créatures auraient pu vivre dans les marais et rivières d'Europe de l'Ouest jusqu'à une époque récente. La description de ces sauriens auraient puisé quelques éléments dans les textes Bibliques (Cf Supra). Il est à noter que les Dragons ne sont pas des êtres "chimériques" c'est-à-dire qu'ils ne se présentent pas comme un agrégation de plusieur animaux distincts (comme le Griffon) , et qu'ils ne présentent pas non non d'aberrations, comme ces êtres possédant six membres (tel Pégase, ou le Griffon). Ce sont donc des créatures certainement rélles et véridiques, mais que les légendes ont parer de nombreuses caratéristiques extraordinaires.

D'autres auteurs, considérant l'aspecr reptilien des Dragons, couplé avec une paire d'ailes membraneuses ont considére l'hypothèse des Ptérosaures, comme une possible solution à l'énigme posée par ces créatures fantastiques. Les deux candidats les plus susceptibles de se rapprocher du dragon sont, d'après ces auteurs le Ptérodactyle et le Ptéranodon.

L'auteur de cet article, Theudericus, est persuadé que le Dimorphodon (ou Dymorphodon) est un candidat plus crédible pour ce rôle de Saurien ailé. En effet, la morphologie du Dimorphodonn, dont le nom signifie, en Grec, "deux formes de dents" et, qui est un ptérosaure du Jurassique Inférieur ou Lias (entre 200 et 175 millions d'années), est la plus ressemblante des caractéristiques des Dragons.

Dimorphodon Macronyx
Dimorphodon Macronyx


Le Dymorphon avait une longueur de un à deux 2 mètres et une envergure de un mètre cinquantà deux mètres, ce qui en fait un Dragon très respectable. De plus, de nombreux paléontologues affirment que ce ptérosaure présentait une démarche bipède tout comme nos Dragons.

Comme beaucoup de ptérosaures, Dimorphodon a longtemps été considéré comme un planeur. Cependant, des études plus récentes montrent que l’animal était en fait un assez mauvais animal volant : ses ailes sont proportionnellement courtes par rapport au corps et son squelette assez robuste, offrant très peu de potentiel pour de longs vols. Tout comme nos Dragons, Dimorphodon était plutôt un animal terrestre bipède.e glisse dans l’air.

Dimorphodon Macronyx
Dimorphodon en vol




Quelques sites externes ayant un rapport avec les Dragons :















Retour à la page principale.